Dans son ouvrage « En quête d’un travail décent. Les droits des travailleurs migrants. Manuel à l’usage des syndicalistes », l’OIT décrit le rôle des syndicats dans le contexte de la migration internationale. Pour les syndicats des pays de destination, l’organisation formule la recommandation suivante :

« Syndicalisation, négociation collective, protection et promotion des droits sont les trois missions principales des syndicats – ces trois principes s’appliquent aussi aux travailleurs/euses migrant(e)s... A partir du moment où les travailleurs/euses migrant(e)s se rendent compte que le mouvement syndical est là pour les défendre, ils/elles s’affilieront à un syndicat, du moins s’ils/elles ont la possibilité de le faire sans crainte de perdre leur emploi ou de se faire expulser. »

L’OIT présente de nombreux exemples de stratégies créatives pour la syndicalisation du personnel migrant dans d’autres secteurs de l’économie. S’intéressant plus spécifiquement au secteur de l’éducation, la NASUWT (National Association of Schoolmasters Union of Women Teachers) a réalisé une analyse complète et particulièrement utile sur les stratégies mises en place par les syndicats pour syndicaliser le personnel enseignant migrant. Le projet visant à soutenir le personnel enseignant formé à l’étranger, entrepris en 2009, a pour objectif de l’impliquer davantage dans les activités syndicales et de développer au sein des syndicats une culture permettant de renforcer l’intérêt porté à la question des enseignant(e)s migrant(e)s. Les résultats de ce projet offrent des recommandations utiles à tout syndicat ayant des objectifs apparentés, résumés ci-dessous.

Intégration

Parmi les conclusions les plus importantes, la NASUWT a constaté que, pour être efficace, l’engagement du personnel enseignant formé à l’étranger doit faire partie intégrante du travail fondamental des syndicats, et non constituer un volet séparé ou parallèle. La prise de conscience des problèmes et les initiatives pour les résoudre peuvent être renforcées de la manière suivante :

  • Identifier les événements organisés au niveau national et local permettant de mettre en présence les enseignant(e)s migrant(e)s et les militant(e)s clés des syndicats, afin de partager des expériences et des informations.
  • Développer des outils et des ressources adaptés en vue d’améliorer le recrutement et la représentation du personnel enseignant migrant.
  • Former les militant(e)s et les dirigeant(e)s syndicaux/ales aux problématiques liées au personnel enseignant migrant.

Information

S’appuyant sur ses recherches, la NASUWT a constaté que le personnel enseignant migrant manquait et avait besoin d’informations culturelles, sociales et professionnelles. Afin de combler cette lacune, le syndicat a mis en place plusieurs stratégies :

  • Création d’un site Internet dédié aux problématiques liées au personnel enseignant migrant, permettant de poser des questions auxquelles le syndicat répond chaque semaine.
  • Création d’un bulletin d’information électronique pour communiquer les nouvelles et signaler les événements pertinents dans ce domaine.
  • Sensibilisation via Facebook et d’autres réseaux sociaux, notamment pour entrer en contact en ligne avec les communautés migrantes existantes.

Encadrement et services professionnels

Pour être efficace et réussir, chaque enseignant(e) entrant dans une école nécessite un encadrement et un accompagnement professionnels, et ce besoin se fait d’autant plus ressentir pour le personnel embauché pour la toute première fois au sein d’un système éducatif. Les recherches de la NASUWT ont clairement montré que le personnel enseignant recruté au niveau international n’est pas familiarisé avec la structure et les spécificités du système éducatif anglais, notamment en ce qui concerne le programme scolaire, les attentes liées aux évaluations, les comportements et les besoins éducatifs spéciaux. Au travers de ce projet, le syndicat a identifié des moyens permettant de répondre à ces besoins, notamment :

  • Soutenir le développement professionnel, en particulier dans les matières le plus souvent enseignées par le personnel enseignant migrant.
  • Aider à la reconnaissance des certifications et garantir que l’expérience et la formation professionnelles soient suffisamment prises en compte.

Collaboration

L’ensemble de ces initiatives a amené la NASUWT à la conclusion suivante : pour garantir l’efficacité de son plaidoyer, le syndicat doit collaborer avec d’autres partenaires et organisations apparentées, afin de pouvoir tirer des enseignements. La collaboration a eu lieu à de nombreux niveaux :

  • Organisations professionnelles – S’appuyant sur les matières enseignées par les enseignant(e)s migrant(e)s au Royaume-Uni, la NASUWT a tiré profit de sa collaboration avec le Centre national pour l’excellence dans l’enseignement des mathématiques. Bon nombre d’autres organisations professionnelles pourraient s’avérer des partenaires utiles pour soutenir les besoins professionnels du personnel enseignant migrant.
  • Organisations de défense des migrant(e)s – Afin de mieux pouvoir répondre aux besoins criants des enseignant(e)s entrant au Royaume-Uni en tant que réfugié(e)s ou migrant(e)s forcé(e)s, la NASUWT a établi des relations avec le Conseil conjoint pour le bien-être des immigré(e)s. (Refugee Council for the Welfare of Migrants)
  • Autres syndicats – la NASUWT a pu tirer des enseignements et de nouvelles idées des travaux menés par d’autres organisations syndicales à plusieurs niveaux : au niveau national, le syndicat a collaboré étroitement avec la Confédération syndicale et ses affiliés pour définir et mettre en œuvre une stratégie globale ; au niveau bilatéral, il a collaboré avec des syndicats basés dans les pays d’origine en vue de renforcer la sensibilisation aux thématiques culturelles et clarifier les questions liées à la reconnaissance des certifications ; et au niveau mondial, en tant que membre du groupe de travail de l’IE sur la migration, l’organisation s’est attelée à communiquer des informations par-delà les frontières et à promouvoir une amélioration de la gouvernance mondiale de la migration dans un cadre politique fondé sur les droits.

Grâce à cette stratégie globale, la NASUWT a pu démontrer que, pour être efficace, un plan de syndicalisation nécessite une analyse approfondie des structures et des processus du syndicat, de manière à ce que les enseignant(e)s migrant(e)s puissent avoir l’opportunité de s’affilier, mais aussi de voir l’utilité de cette affiliation.

Les initiatives en matière de migration doivent être définies de façon large. Lors de l’élaboration d’une stratégie d’engagement, les syndicats doivent tenir compte de chacune de leurs fonctions, depuis les procédures juridiques, la négociation collective, les affaires judiciaires et les griefs, jusqu’aux relations publiques et la communication interne, en passant par le développement professionnel et les programmes d’accompagnement.

Votre syndicat dispose-t-il de programmes ou d’initiatives visant à soutenir les enseignants recrutés à l’étranger ? Si c’est le cas, partagez votre expérience sur notre forum.

Références bibliographiques

Organisation internationale du travail, En quête d’un travail décent. Les droits des travailleurs migrants. Manuel à l’usage des syndicalistes, Genève : OIT 2008.

National Association of Schoolmasters Union of Women Teachers (NASUWT), « Teachers being exploited by unscrupulous supply agencies » Communiqué de presse, 9 Mars2013.