Avec l’Allemagne comme toile de fond de cette rencontre annuelle entre syndicats d’enseignants et ministres de l’éducation, le sort des enfants réfugiés et leur scolarisation sont devenus un thème central du Sixième Sommet international sur la profession enseignante (Berlin, 3-4 Mars 2016).

Le Sixième Sommet International sur la profession enseignante (ISTP, sigle en anglais) a bien pour thème officiel  « la formation et le développement professionnels des enseignant(e)s: créer les conditions nécessaires pour parvenir à une éducation de qualité et aboutir à des résultats excellents », pourtant l’attention des syndicats d’enseignants et des ministres de l’éducation qui y participent s’est tournée vers la crise des refugié(e)s.

« Lorsque les enseignantes et enseignants sont dans leurs classes, ils n’enseignent pas à une catégorie d’élèves qui portent l’étiquette  'réfugiés', ils enseignent à des enfants, des enfants qui ont subi des traumatismes que la plupart d’entre nous ne peuvent imaginer », a déclaré le Secrétaire général de l’Internationale de l’Education (IE) Fred van Leeuwen dans ses remarques liminaires puissantes. Son discours s’appuie sur des visites qu’il a effectuées dans des écoles de Berlin,  de façon à pouvoir observer personnellement les classes de bienvenue qui accueillent les enfants réfugiés. Van Leeuwen, qui a été profondément ému par les enfants qu’il a rencontrés, s’est souvenu d’une « petite fille Syrienne originaire d’Alep qui nous a dit hier qu’elle voulait devenir professeur d’anglais ».

Les membres affiliés de l’IE, le GEW et le VBE, ont organisé les visites de façon à ce que les délégations des syndicats d’enseignants puissent voir comment s’opère l’intégration des enfants réfugiés dans les écoles en Allemagne.

Le leadership enseignant, un thème constant lors des Sommets, a revêtu une importance majeure en Allemagne depuis que plus de cent mille enfants réfugiés ont été accueillis dans les écoles en 2015.

« L’un de nos dirigeants syndicaux dans ce pays a reçu des menaces de mort pour avoir défendu l’éducation des enfants réfugiés. Si cela ne représente pas un exemple exceptionnel de leadership, le terme que nous aimons utiliser dans ces sommets, alors je ne sais pas ce qu’il définit », a poursuivi van Leeuwen.

Source: http://www.ei-ie.org/fr/news/news_details/3890